Poke de Facebook, l’application de trop ?

2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Début Janvier, nous dressions sur Locita, le constat du lancement de l’application Poke de Facebook. L’objectif était de savoir si cette dernière application était une application de trop ou véritable enjeu stratégique pour Facebook.

Revenons ici pour vous livrer mon sentiment personnel face à cette montée en puissance du géant Facebook. Pas plus tard que mardi 15 Janvier, seulement 3 semaines après la sortie de son application, Facebook sort outil de recherche spécialisé, Facebook Graph Search (patience, l’article est en préparation).

Depuis le milliard d’utilisateurs actifs, il est devenu le réseau social le plus utilisé au monde. L’enjeu de conserver cette place de leader est de taille. L’innovation est stratégique.

 

L’objectif de l’application

L’outil est simple et permet d’envoyer et recevoir des messages éphémères textes, photos, sons et vidéos. Seule caractéristique, les messages sont automatiquement supprimés après un laps de temps. Aucune trace de communication n’est présente. Sympa pour l’organisation de surprises ! Gênant (ou efficace selon votre point de vue) pour des relations à double vie où tout peut être caché.

 

Trop d’applications tuent l’application !

On peut s’interroger quant à la raison de l’existence de Poke. L’utilisateur se retrouve en effet devant de nombreuses utilisations avec une masse d’information. Quel intérêt de télécharger sur son mobile les 5 applications Facebook alors que l’application mère offre déjà toutes ces fonctionnalités ?

Du copier-coller

Facebook n’a rien inventé. Poke est la copie conforme de son concurrent SnapChat que Facebook cherchait à acquérir depuis plusieurs mois. En vain. L’équipe a décidé de la développer en interne, avec les mêmes fonctionnalités. Douze jours auront suffi. L’application est-elle aussi bien pensée ? C’est à s’en douter… Après avoir testé quelques échanges, j’ai tout de suite supprimé l’application de mon smartphone. Aucune valeur ajoutée découverte.

Facebook doit rester Facebook.

Le constat est simple. Malgré ses applications mobiles, Facebook a pour vocation, à l’origine, d’être un réseau social sur le web. Depuis l’apparition de la mobilité, nombreux sont les réseaux sociaux spécialisés mobiles qui voient le jour. La firme de San Franciso cherche donc à affirmer son leadership sur le marché des médias sociaux web. Le marché du média social mobile en est tout un autre, malgré qu’ils soient complémentaires. A croire qu’un des enjeux stratégiques de Facebook repose sur la mobilité.

Pour ma part, je trouve que le réseau social prend une ampleur démesurée avec une stratégie de diversification bien pensée. Dans une stratégie de conquête, le réseau se doit de proposer des fonctionnalités et des services innovants. Et il le fait bien, reposant toujours sur sa vocation d’échange et de partage social.

Et vous, quel est votre point de vue ?

Pinterest